Éthique et Digital sont-ils compatibles pour les RH ?

Hub Day Future of HR & Digital Transformation

par Neila Mebarki  https://twitter.com/NelNeila

La transformation digitale et le futur des DRH étaient au cœur du débat le mardi 4 novembre 2014. Des intervenants de qualité ont été présents  tels que Clara Gaymard  présidente de GE France, Ludovic Guilcher DRH Groupe adjoint Orange,Julien Cotte Directeur Recrutement et Mobilite Internet CGI,  Jean-Pierre Cerles Directeur de la formation TF1, pour n’en citer que quelque uns. En ressort ce qui suit :

Avec la transformation digitale, d’après Pierre-Jean Bozo Directeur Général de l’UDA,  il ne s’agit pas d’entrer dans  « l’infobésité »,  « Trop de data, tue le data » et pourtant il faut s’en emparer. Pour la fonction marketing, Il sera impératif de protéger les données des consommateurs et de mobiliser les ressources, « on a moins et faut faire plus ». Alors, quels sont les projets fondamentaux de la RH pour réussir demain ? Il faut réinventer les fondamentaux. Les DRH sont désormais en concurrence avec les autres services, direction, DSI, marketing etc. Le « décloisonnement » des services est indispensable et il faut simplifier les process qui ralentissent la structure. L’entreprise doit travailler en mode projet. Il est impératif d’aligner les intérêts tant en interne qu’en externe. L’idée est de prendre du recul pour avoir une vue d’ensemble.

Trois pistes sont proposées, par Héloïse Lemeillet Associée Digital & Innovation et Frédéric PIOT Founder de Framboise Conseil, pour imaginer les RH de demain : l’entreprise doit connaître ses clients internes (les salariés), leurs attentes, développer les services adaptés, faire évoluer le positionnement de la DRH de l’entreprise, et développer le Big Data avec le retour d’expérience : obtenir l’engagement des salariés et les fidéliser. Les plus performants seront ceux qui seront formés au digital, à la compréhension des données et à la stratégie de marque. La communication est au cœur de tout changement. Il est impératif de donner des explications aux salariés afin d’obtenir  leur adhésion. Les salariés sont aussi et avant tout les premiers ambassadeurs de la marque. C’est la raison pour laquelle,  il est indispensable de partager la même vision et de leur faire confiance. 100% des entreprises les plus engagées ont une forte adhésion de la part de leurs salariés. De plus, avoir une marque forte joue sur l’attractivité des talents. L’objectif est de « développer une marque employeur forte pour une marque forte ».

Pour tout changement et là en ce qui concerne le digital. « Nous devons être acteur du changement ». Pour  Richard Collin Partner & CEO, Il faut être « ANTIFRAGILE » (Antifragile : Les bienfaits du désordre, Livre de Nassim Nicholas Taleb ) dans un contexte où règne le désordre et bénéficier de celui-ci pour innover.

22510100181870L

Au sein de l’entreprise, il est judicieux de développer les « intrapreneurs » pour développer l’innovation. Par conséquent, des labs sont créés dans certaines entreprises comme la BNP (Sabrina Murphy Positive People Change- Transformation RH & Innovation, People’s Lab). Les salariés sont mis à contribution et sont à l’origine d’innovation. Cela évite aussi la fuite des talents.

L’autre fonction qui est facilitée par le digital est le recrutement. Certains créent des MOOC qui servent de pré-sélection tandis que d’autres se servent des réseaux sociaux pour recruter et obtenir des recommandations. Avec le digital, on recrute mieux et plus vite.

Quelles seront les nouvelles fonctions recherchées pour les leaderships ?

Des Responsables globaux avec des qualités comme la discipline avec une orientation consommateurs, des développeurs de talents avec des qualités comme le courage et la communication.

Et pour finir l’intervention de Laurence Vanhée Chief Happiness Officer. « Le bonheur au travail », qu’est-ce que cela apporte ? Un salarié heureux, c’est : 2x moins malade, 6x plus absence, 9x plus loyal, 31% plus productif  ce qui est équivalent à « 3 temps plein et 1 gratuit », 55 % plus créatif.

Les Rh de demain vont vers une  gestion plus agile des RH. Il faut réinventer les RH pour que la fonction devienne plus « sexy ». Le devenir idéal serait : une approche plus « Happy RH », un leadership  plus humain. La responsabilité individuelle consiste aussi à augmenter le niveau de conscience. C’est décider où, quand et comment, je travaille. On obtient alors plus de bonheur et plus de performance. L’objectif d’équipe doit être : la qualité, quantité et attitude attendues. Le chemin vers le bonheur, ça demande courage, sincérité, humilité et générosité.

L’équité, la communication et le bon sens sont à mon avis moteur de tout changement. On s’aperçoit qu’avec des explications le changement est mieux accepter. Si on arrêtait de prendre les salariés pour des imbéciles (les utiliser pour améliorer la stratégie de marque à leur insu, ils ne comprendront..), la direction serait mieux perçue.

Avec de l’éthique et beaucoup de respect on peut obtenir plus qu’on l’aurait imaginé.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s